Archives de Catégorie: Uncategorized

Mann vs. Machine, ce que j’en pense

Bonjour à toutes et à tous !

Ca y est, enfin un nouveau post sur le blog, j’avais dit la même chose il y a un moment, mais cette fois ci, c’est pour de vrai !
Et cette fois, je vais parler du nouveau mode de jeu de Team Fortress 2, car oui, même après 4 ans de bons et loyaux services qui lui vaudraient largement une retraite, ce jeu est toujours mis à jour. Il faut dire que Valve n’est pas près de lâcher sa poule aux oeufs d’or… Mais bref, je suis pas là pour cracher sur Valve, vu que j’ai plus de 1000 heures sur ce jeu…

Alors, Mann vs. Machine, c’est quoi ?
Et bien, on peut apparenter ça à un mode zombie sur Call of Duty. On peut. Mais c’est quand même bien différent. Disons qu’on retrouve le nombre imposant de monstres, le systèmes de vagues d’ennemis et le fait qu’on gagne de l’argent à dépenser dans la boutique en tuant des zombies.
En tout cas, on retrouve bien les 9 classes du jeu, on peut aussi utiliser les armes disponibles dans les modes de jeux normaux. Le truc, c’est que grâce à l’argent gagné en tuant les grands méchants robots, on peut acheter des upgrades pour nos armes ou même notre personnage. Ainsi, en fin de partie, même si les robots sont imposants, on se retrouve avec des personnages bien dopés qui ont largement de quoi faire face à ces robots.
Mais les robots, parlons-en. Ils sont loin des zombies sans cervelle, car eux, ils ont des armes. Et oui, les robots sont à l’image des classes du jeu, et même si ils n’ont pas l’arsenal complet des personnages originaux (Heureusement…), ils ne sont pas sans défenses, les bougres. Ainsi, on se retrouve avec des scouts armés de battes ou plus tard de l’arme principale de la classe, de soldiers armés de lance-roquette boosté aux hormones, etc…

Voilà, je vous ai à peu près expliqué le principe (Et puis si ça vous suffit pas, c’est gratuit, allez essayer !), passons maintenant à mes impressions !
Je dois le dire, j’ai attendu cette mise à jour. Et j’ai été très déçu de voir le temps d’attente avant de pouvoir jouer… Car oui, chaque partie se joue à 6. Par conséquent, si vous voulez jouer, il faudra trouver un serveur avec moins de 6 personnes. Je vous l’annonce, ça prend un moment avant de trouver. Un LONG moment.
Mais une fois en jeu, c’est très plaisant. On peut vraiment personnaliser l’arme avec les upgrades, il faut faire des choix, privilégier les dommages à la vitesse de tir par exemple. On peut donc personnaliser sa manière de dessouder les robots, d’autant plus avec les armes du jeu qui variaient déjà beaucoup !
Cependant, Valve a tout de même ajouté un élément commercial dans la recette de cette update. En effet, si vous comptez débloquer les récompenses du mode, il vous faudra acheter un ticket avec de l’argent réel… Je pense ne pas avoir besoin de dire que c’est vraiment mal venu, et je ne pense pas non plus avoir besoin de vous faire le discours du pay2win.

Pour résumer, c’est une bonne update, malgré la difficulté à trouver une partie et malgré ce besoin de rentabiliser un jeu déjà plus que rentable.

Publicités

Le retour !

Bonjour à toutes et à tous !

Après un arrêt de ce blog un peu irréfléchi, me revoilà. J’ai compris que mon autre blog n’était pas vraiment le mieux.
Le geekzblog revit, avec un nouvel article dés cette après-midi, et assez régulièrement puisque je suis en vacances !

Voilà,
Bonne journée à tous !

Mes impressions sur Saints Row the Third

Bonjour à toutes et à tous !

Enfin de retour après quelques chamboulements et notamment un changement d’ordinateur. Mais je suis de retour avec un fabuleux jeu : Saints Row the Third. Je n’ai absolument pas joué aux épisodes précédents mais les vidéos du fameux Bob Lennon m’ont donné envie de mettre la main sur ce jeu. D’ailleurs je vous invite fortement à aller regarder ces fameuses vidéos.

Image hébergée par servimg.com

Ceci étant dit, passons à mes impressions sur ce jeu. Avant d’y jouer et en voyant les vidéos de Bob, je me suis dit que le fun serait moins important en réalité vu le charisme et l’énergie que met ce dernier dans ces vidéos. Je me trompai. Et de beaucoup ! Au premier abord j’ai aperçu une simple parodie de GTA, mais là Rockstar est complètement dépassé par le bijou de THQ. Sans se prendre au sérieux, Saints Row the Third sait néanmoins apporter un fun colossal de nombreuses manière très variées, en suivant la trame principale ou non. Fini les banals combats à mains nues qui s’éternisent, passez directement aux prises de catch sur les passants ! C’est un exemple très représentatif du jeu finalement ce système de combat. Vous pouvez toujours faire les choses de manière classique ou bien passer à la manière Saints Row, c’est à dire à la manière 50 fois plus déjantée !

Image hébergée par servimg.com

Ceci ajouté aux possibilités de customisation et d’améliorations colossales aussi bien pour votre personnage que pour vos véhicules (A la fin du jeu, vous pouvez avoir un personnage pratiquement invincible si vous achetez les améliorations nécessaires. ) fait de Saints Row un titre complètement barré qui saura vous amuser pendant vos longues soirées d’hiver. D’autant plus qu’un mode coop’ est disponible, ajoutant ainsi de nombreuses possibilités et un paquet de missions. Un article court mais inutile de vous dire en 3 pages ce que je peux dire en une.
Saints Row the Third est sans aucun doute dans mon top 5 tous jeux confondus grâce à ses nombreuses idées pour apporter toujours plus de variété et d’amusement au joueur sans jamais lui laisser une impression de déjà vu.

Premières impressions sur… The Elder Scrolls V : Skyrim !

Bonjour à toutes et à tous, et c’est avec une patate d’enfer que je vais vous présenter mes premières impressions sur un jeu très attendu par les fans de RPG, car il s’agit d’un mastodonte du genre… Je parle bien évidemment de The Elders Scrolls V : Skyrim !
Le voilà, le bougre. Après un Oblivion qui détonnait par son environnement gigantesque et par ses possibilités colossales, Bethesda nous avait promis quelque chose de grand (j’ai rarement vu un éditeur dire qu’il faisait quelque chose de naze, cela dit.) qui continuerait à impressionner les joueurs. Après une quinzaine d’heures de jeu, voilà mon avis sur la question.

Image hébergée par servimg.com

Je l’attendais ce cinquième volet, et de pied ferme ! J’ai commencé la série avec Oblivion, et j’ai vraiment aimé… Alors quand j’ai vu les images, les trailers et autres informations sur Skyrim… Comment dire… Je n’avais qu’une seule date en tête : le 11 novembre 2011. J’y étais donc, après quelques heures de téléchargement, je lançais le jeu, créait une partie…

Commençons par parler de l’aspect graphique du jeu, en commençant par les textures. Même si beaucoup aujourd’hui savent que le but de Bethesda n’est pas d’offrir des détails à la Crysis pour la série des Elder Scrolls, il est important de dire que Skyrim n’est pas au niveau des autres jeux du moment. Les amateurs et passionnés de la série seront néanmoins bluffés pour le progrès entre les deux derniers volets de la série. L’univers est bien plus détaillé qu’auparavant, il paraît vraiment vivant et peu importe le biome dans lequel on se trouve, on finit par ne plus comparer ces graphismes à ceux d’autres jeux plus réussis graphiquement, et l’affaire est faite.
Évidemment, tant que je parle de l’ambiance du jeu, je ne peux pas omettre les musiques, Elder Scrolls oblige. Et encore une fois, Elder Scrolls oblige, c’est vraiment du grand art. En plus d’être somptueuses, les musiques collent parfaitement au jeu peu importe le moment. Les musiques ne sont pas répétitives, bien au contraire, je suis à chaque fois deux fois plus touché par un endroit somptueux grâce à la musique. Bethesda fait comme à son habitude un gros travail sur les musiques, et ça s’entend !
Troisième élément concernant l’ambiance générale du jeu, les voix et les bruitages. Premièrement, je dois dire que dans Oblivion, la répétition des voix m’avait vraiment ennuyé, je passais beaucoup de dialogues à cause de ça. Cependant dans Skyrim, je redécouvre le plaisir d’écouter chaque villageois raconter ses petites histoires ou ses ragots. Ensuite, concernant les autres types de bruits comme les sons des sorts ou des armes, c’est encore une fois très réussi, ça colle au reste du jeu, et c’est l’essentiel.

Image hébergée par servimg.com

Concernant le gameplay, que dire… C’est très agréable à jouer, qu’on soit un mage, un guerrier ou même un voleur (petite préférence pour les roublardises, très intéressant de dépouiller quiconque sans qu’il s’en rende compte). On peut bien évidemment se balader librement dans l’univers pour cogner diverses bestioles (qui sont d’ailleurs parfois très costaudes…), ou accomplir des quêtes secondaires au lieu de suivre le scénario de base qui est proposé. C’est ce qui a toujours fait la force de la licence d’ailleurs.

Bref tout ces bons points prouvent encore une fois que la série des The Elder Scrolls a encore de beaux jours devant elle ! Si vous avez un doute sur la qualité de ce jeu, surtout, n’hésitez pas, il vaut largement n’importe quel autre jeu du moment pourvu qu’on ne soit pas allergique aux RPGs !

Le Humble Voxatron Debut est là !

Salut à toutes et à tous ! Aujourd’hui je vais vous parler du nouveau pack Humble Bundle !

Cette fois il s’agit donc du Humble Voxatron Debut ! Comme son titre l’indique, on y trouvera donc Voxatron mais aussi Blocks That Matter et The Binding Of Isaac si vous payez plus que le prix moyen (Deux très bons jeux, je ne peux que vous conseiller de payer plus de 5$ parce qu’ils le valent…).

Image hébergée par servimg.com

Commençons par vous parler de Voxatron qui reste le jeu principal de ce pack. Il est toujours en Alpha mais n’en est pas moins très appréciable. Il s’agit d’un Shoot Them Up qui combine la 3D au pixel art, ce qui donne un résultat vraiment très joli. Armé de son style graphique unique, ce jeu vous propose en plus de ça des obstacles complètement destructibles (Même les murs au bord de la map, mais pas question d’en sortir !) par vous comme par vos ennemis. Si le combat s’éternise, vous risquez donc de détruire toutes les potentielles couvertures s’offrant à vous… A moins que ce soit ce que vous cherchez !
Vous l’aurez compris, Voxatron est un grand cru bien qu’encore en Alpha. Ne vous attendez cependant pas à progresser facilement dans le mode histoire, car la difficulté est au rendez-vous !

Image hébergée par servimg.com

Le second jeu de ce pack, que vous n’aurez que si vous avez payé plus que la moyenne, comme pour le jeu suivant d’ailleurs, est Blocks That Matter. On se retrouve encore avec des cubes, moins pixelisés, mais bel et bien des cubes. Il s’agit d’un jeu de réflexion dans le quel vous incarnez un robot créé par les créateurs de Minecraft et Tetris (rien que ça !). Vous devrez user de votre foreuse (entre autres…) pour récupérer les blocs qui vous permettront de traverser le niveau. Mais si ça peut paraître simple, ça ne l’est pas tant que ça d’autant plus que des coffres sont dissimulés dans chaque niveaux, et ces coffres donnent accès à d’autres niveaux !
En somme, amateurs de casse-tête vous serez servis, car la durée de vie de ce jeu est bien plus grande que prévu si on vise le 100%… Si vous voulez ce jeu seul, il est bien évidemment disponible sur Steam pour 5€ (Pas vraiment d’intérêt comparé au Humble complet donc…).

Image hébergée par servimg.com

Et le troisième jeu, qui vient des géniaux développeurs de Super Meat Boy, s’appelle The Binding of Isaac. Après avoir parodié Mario dans son premier jeu, la Team Meat décide de s’inspirer de The Legend Of Zelda pour son second jeu. Le scénario est simple : la mère du petit Isaac entend la voix de Dieu qui lui demande carrément de le tuer. Isaac s’enfuit donc et c’est ainsi qu’on se retrouve dans ce jeu génial qui est calqué sur les donjons des premiers Zelda. Le truc c’est qu’on ne s’appelle pas Link cette fois, pas d’épée si d’arc, on crache carrément sur nos ennemis. On retrouve cependant les bombes, mais les ennemis quant à eux sont biens de la Team Meat : mouches, zombies, trucs tous plus dégueu les uns que les autres… A chaque étage, un boss, évidemment ! On descend à chaque fin de boss d’un étage, la difficulté devant donc plus grande, jusqu’à arriver jusqu’à la mère du petit Isaac…
C’est un jeu auquel on rejoue volontier même après avoir fini le dernier boss, que ce soit pour refaire le jeu d’une manière différente, car les étages sont générés différemment après chaque mort, ou bien pour collectionner tous les objets du jeu ! Avec sa difficulté bien réelle et qui peut être encore plus grande si les bons power-up ne tombent pas, The Binding of Isaac risque de vous occuper quelques heures

Une fois de plus, c’est un très pack Humble Bundle qui nous montre que les jeux indépendants n’ont décidément rien à envier aux grosses productions ! Je ne peux donc que vous conseiller de lâcher 5€ au minimum pour profiter de ces trois excellents jeux.

Avant de retourner sur The Binding Of Isaac, je voudrais remercier Beldaras qui m’a permis de gagner ce jeu (Car je n’ai pris que Voxatron dans le pack, ayant déjà les autres jeux), allez jeter un oeil à sa chaîne.