[Test] Burnout Paradise : The ultimate box

Salut les geek’z !

Aujourd’hui, on va faire chauffer les moteurs !
Mais pas n’importe comment, avec le célèbre Burnout. Autant vous dire qu’il va y avoir de la casse.
Image hébergée par servimg.com

Dés le démarrage du jeu, on a un menu agréable qui nous invite à nous enregistrer à EA, si ce n’est déjà fait. Une fois ceci fait, nous voilà entrés dans Paradise City. C’est une grande étape pour Burnout, la ville est complètement ouverte ! Vous pouvez vous balader sans faire des épreuves, et vous pouvez déclencher les épreuves au détour d’un carrefour.
Au début, il faut dire que notre caisse est vraiment pas terrible. Au fil des épreuves, on débloque des voitures, dont certaines d’une manière un peu particulière. Il faut que ces dernières se pointent, et dés que vous la repérez, c’est une course poursuite qui commence. Sans grande difficulté, au début du moins. Au fur et à mesure que vous débloquez des voitures, vous découvrez les trois différents types de boosts :
– Le boost cascade, qui permet de prendre de la vitesse rapidement en vue d’un tremplin appétissant
– Le boost vitesse, pour faire mordre la poussière à vos adversaires sidérés par votre vitesse soudaine et hallucinante, attention au crash cependant…
– Et le boost agression, que vos adversaires risquent de découvrir à leur dépends…

Une sorte de mix des différents boosts rencontrés dans les précédents jeux Burnout.
Quelque chose d’agréable, si je puis dire, c’est qu’après un crash, pas de retour à un point de sauvegarde ou autres, on est à l’endroit où on s’est crashé, pas de chichis. La varieté des épreuves est elle aussi au rendez-vous, des course jusqu’au traques en passant par les mythiques déjantés, on ne s’ennuie pas.

Image hébergée par servimg.com

J’allais oublier une nouveauté de taille (Je l’ai même oubliée, remarquez) à savoir la possibilité, en plus des voitures, de conduire des motos ! Certains se plaindront qu’elles ne sont pas « takedownables » (Pas de noms hein), mais je vois plutôt ça comme un mode encore experimental, à voir dans les prochains Burnout peut-être ? En tout cas, c’est vraiment bien foutu pour une première au niveau deux roues.
On regrettera cependant l’absence des Crashbreakers, mais le fait de pouvoir semer ses adversaires dans les croisements de rues suffit largement, je trouve du moins. Sans compter les raccourcis multiples qui permettent de prendre une avance considérable.

Du coté graphisme, c’est vraiment très beau. Tout s’enchaîne avec une très bonne fluidité exemplaire, et l’effet de crash n’en est pas moins impressionnant, on voit bien se qui nous a fait péter, même si à très grande vitesse, je ne vous cache pas qu’un simple petit contact avec le trafic peut vous conduire à la chute.

La bande-son est sympathique, même si on aime pas plus que ça le style, il faut dire que ça colle bien à l’action.

Un tout qui fait un très bon jeu, à posséder pour tout fan de jeux de courses, et même pour les autres. Envoyer ses adversaires manger du gravier, c’est l’pied, what else ?

Publicités

À propos de Flip-Flap

Un geek parmis tant d'autres... :)

Publié le 24/07/2010, dans Uncategorized, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Très bon article. Les Takedowns sont toujours là ? Pareil pour les Crashbreakers ? Quel est la config minimale ?

    • Bien vu, j’étais sûr qu’il manquait des trucs 😀
      Alors, les takedowns sont encore et toujours de la partie, par contre, les Crash Breakers nous ont quittés. On ne le sens que trop peu dans cette fusion du meilleur de Burnout !
      Sans compter un atout de taille que je vais rajouter à l’article : Les motos :p
      Pour la config, voilà le minimum :
      Connexion Internet, Windows XP/Vista, Pentium IV 2.8 GHz ou équivalent, 2 Go de RAM (3 Go sous Vista), carte graphique 128 Mo GeForce 6600 ou ATI Radeon X1300 ou supérieure, 4 Go d’espace disque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :